Entretien avec P.O.N.I.

PONI Les nuits crescendo guyane 2016Notre formation est née il y a un an d’une rencontre entre musiciens de sensibilités musicales différentes.

Le groupe se compose du classique guitare, basse, batterie avec en bonus un didgeridoo, des congas et des petits instruments d’ambiance.

Nous avons développé un répertoire de compositions rock psyché, teintées de sons, de voix et de rythmes empruntés aux 70’s, aux percus latines et autres ambiances plus urbaines.

Entre blues céleste et rock tellurique, on flirte avec des chants lovés sur des textes qui viennent du cœur. 3 chanteurs se partagent le micro sur des slams, des chants folk et des voix soul aux inspirations afro.

Les guitares crient, les guitares groovent sur une base rythmique originale appuyée par les grondements à basse fréquence du didgeridoo. Laissez-vous entraîner sur les layons d’une rencontre inattendue avec une fusion locale envoûtante.

P.O.N.I est un acronyme, pouvez-vous nous dire ce que signifient ces lettres ? Ont-elles un lien avec le style musical du groupe ?

On a hésité à s’appeler Poni Halen mais on n’est pas vraiment dans le style musical du célèbre groupe de rock. Avec l’acronyme P.O.N.I., tout le monde est d’accord car chacun a sa version. Pour l’un, ça ressemble à « Power Of New Incomes ». Le « revenu universel à vie » est une utopie si merveilleuse grâce à laquelle on aurait plus de temps pour produire plus de beauté, écrire de nouveaux textes, faire de la musique, plutôt que de passer la majorité du temps à trimer plus pour dépenser plus. Pour en revenir à notre acronyme, sa signification officielle unanime est comparable à la quête du Graal. Nous sommes six au sein du groupe et nous laissons donc tous les imaginaires s’exprimer.

La formation de P.O.N.I. a eu lieu il y a un an, est-ce que vous vous connaissiez tous avant ?

Disons oui, enfin un peu, mais ce sont les circonstances qui ont fait que… Certains membres avaient déjà joué dans les mêmes formations avant la création de P.O.N.I. mais nous ne nous connaissions pas vraiment musicalement. Ayode a remplacé Cynthia il y a à peine 2 mois…Elle vient d’un univers musical éclectique plus Jazz, soul et chant lyrique. Le rock fusion, c’est tout nouveau pour elle. On pense avoir trouvé tous ensemble une bonne symbiose. Mais c’est perfectible. Nous avons appris à nous connaître en jouant et en mélangeant nos influences. Nous ne souhaitions pas tous à la base nous diriger vers le même style mais nous avons fini par trouver un son qui a motivé tout le monde à monter un groupe.

Vos « textes viennent du cœur » selon votre présentation, qui est à l’origine de l’écriture des compositions ? Est-ce que vous faites des reprises également ? Si oui, de quel groupe ?

Nous avons en effet commencé par des reprises mais nous nous sommes très vite orienté vers de la composition. Les idées ont fusé dès la première rencontre et nous avons choisi cette orientation. Chacun amène son riff, son texte, sa ligne, sa frappe et avec 2 ou 3 caouettes et quelques bières, on en fait un morceau. Chaque membre du groupe contribue au processus créatif.

Vous allez pouvoir présenter votre « fusion locale envoûtante » devant les groupes de la scène internationale du rock progressif, est-ce que ça vous effraie ou au contraire vous motive?

Nous avons eu un premier contact avec le public lors du festival des Hobbys à la Comté ainsi qu’à la soirée du “Son et des Braises” au Carbet de l’aviation mi octobre. Ça nous a mis en confiance tous ces retours positifs. Nous sommes très honorés d’être invités auprès de super pointures du rock Prog alors que notre groupe est si jeune. Motivés ! il n’y a pas d’autre mot. Et la meilleure voie pour faire honneur à cette invitation, c’est de continuer à bosser jusqu’au jour J. Nous souhaitons vraiment présenter un show de qualité, avec toute l’originalité et l’énergie qui nous « envoûte » !

Avez-vous des dates prévues avant le Festival Crescendo ? Où est-ce que le public guyanais peut venir vous découvrir en attendant ?

A partir de maintenant, c’est « huis clos » jusqu’à Crescendo ! On bosse, on peaufine, on a encore 3 compos dans les cartons. On va voir s’il est possible de proposer une ou deux nouveautés d’ici le 19 novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string Ar4vgw to the field below: